L’équipe IDLIC à la 22ème conférence internationale sur le VIH/Sida (Amsterdam, 23-27 juillet 2018)

La conférence internationale sur le VIH/Sida, qui a lieu tous les deux ans, est l’opportunité pour les chercheurs de continuer à se former sur de nombreuses thématiques vis-à-vis de l’infection à VIH ainsi que de rencontrer d’autres chercheurs et acteurs clés de la lutte contre le VIH, incluant les représentant des communautés, afin de discuter les priorités de la recherche sur le VIH et renforcer les collaborations. Enfin, cette conférence est l’opportunité de présenter les résultats de la recherche. En 2018, plusieurs chercheurs de l’équipe IDLIC ont donc présenté leurs travaux.

 

Thierry Tiendrebeogo (doctorant) a présenté deux posters sur des études menées à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Le premier (#4841), basé sur les données de l’essai ANRS 12136 Temprano, a permis de montrer que l’initiation précoce d’un traitement VIH avant la grossesse n’était pas associé à des effets secondaires négatifs (enfant mort-né, prématuré, petit par rapport à l’âge gestationnel, ou avec un faible poids de naissance) lorsque les femmes attendaient un enfant ; ces résultats sont rassurants sachant que l’OMS recommande depuis 2015 le traitement VIH universel et immédiat pour toutes les personnes vivant avec le VIH quel que soit leur stade clinique ou biologique. Le second poster (#1179), écrit par Carole Chedid (stagiaire de l’ENS Lyon), mettait en évidence une prévalence élevée d’infections sexuellement transmissibles (IST) chez les femmes enceintes sous traitement suivies au sein de la cohorte WETIV-R ; ces résultats montrent l’importance d’intégrer la prise en charge des IST au sein des soins VIH, et de cibler les partenaires masculins afin d’améliorer l’efficacité du traitement.

Plusieurs abstracts ont aussi été présentés sur l’essai ANRS 12249 TasP, conduit dans une zone rurale d’Afrique du Sud où la prévalence du VIH est d’environ 30 %. Joanna Orne-Gliemann (chercheure en sciences sociales), a réalisé une présentation orale au sein d’un symposium afin d’introduire et de présenter le consortium sur les essais de dépistage et traitement VIH universel en Afrique de l’est et australe. Mélanie Plazy (chercheure en santé publique et épidémiologie) a présenté un poster (#10158) sur l’acceptabilité et l’efficacité des campagnes répétées de dépistage VIH à domicile comme une stratégie pour contribuer à l’atteinte du dépistage du VIH universel dans les régions à forte prévalence du VIH. Enfin, Joseph Larmarange (chercheur en démographie à l’IRD, Paris) a fait une présentation orale montrant que le dépistage et traitement universel du VIH pouvait permettre d’améliorer la proportion de personnes ayant une charge virale indétectable, mais que qu’il était primordial de continuer les efforts afin d’améliorer l’entrée dans les soins après un dépistage du VIH.

 

Pour voir les résumés des présentations :

 

 

bty

 

Thierry

 

 

logo_ISPED logo_SFR-santepublique-societe logo_CHU-Bordeaux logo_Institut-Bergonie logo_INRIA logo_ANRS logo_ARS logo_Charles-Perrens logo_IFSTTAR logo_HONcode